Débat Philocité avec Mokobé & Zohra Brahim Le Plan / Ris-Orangis Débat Philocité avec Mokobé & Zohra Brahim – Le Plan / Ris-Orangis

Débat Philocité avec Mokobé & Zohra Brahim

28
/ Oct
Samedi
2017

retour-agenda2

Débat Philocité avec Mokobé & Zohra Brahim

Lieu
Le Plan
Genre
Débat Philisophique
Prix
Entrée libre
Horaire
20H00

Samedi 28 octobre à 20h au PLAN de Ris-Orangis – pour nous accompagner durant les échanges de notre prochain PHILOCITÉ autour de la « Jeunesse et de la transmission : Perte de repères, de confiance, quelles solutions ?  » – nous avons l’immense plaisir de recevoir deux invités : Zohra BRAHIM et MOKOBÉ.
Ce soir – et avant le portrait officiel de leur rencontre avec Michel de l’équipe PHILOCITÉ- Nous vous présentons MOKOBÉ (d’avance un grand merci pour sa participation !) :
– A 40 ans, l’artiste MOKOBÉ est un « pur produit de banlieue », comme il aime se qualifier.
C’est un des membres fondateurs du groupe 113. Après plusieurs albums à succès avec ses deux compères Rim K et AP (plus de 3 millions de disques vendus, 2 Victoires de la Musique) et avec son collectif la Mafia K1 FRY, MOKOBÉ décide de se lancer en solo et par ses collaborations réussies avec des artistes d’horizons divers.
Conscient des injustices sociales qui perdurent, MOKOBÉ reste fier de ses origines modestes, et exhorte les jeunes des quartiers à ne pas baisser les bras.
MOKOBÉ est un artiste très engagé à travers sa musique aussi bien en France pour de nombreuses associations que vis-à-vis de l’Afrique. En 20 ans de carrière, il a rempli les salles de Paris à Dunkerque, en passant par Dakar.
Son statut de célébrité lui permet de mettre en lumière des situations tenues dans l’ombre.
« Je suis un homme de terrain, pas un révolutionnaire de salon. C’est débile de parler d’injustice en studio et de ne pas aller voir les gens. Il est important d’apporter un vrai soutien, » explique-t-il.
A l’époque on était des rebelles. On faisait de la musique pour parler de notre quotidien, des gens de chez nous, défendre des causes. Parce qu’on a ce nom, ce visage, ce prénom, cet héritage, cet accent-là, on vous catalogue. »
L’isolement de la vie en cité, affirme-t-il, engendre souvent la frustration. « On finit par étouffer, jusqu’à exploser comme un volcan. » –
Source = http://www.bbc.com/afrique/monde
MOKOBÉ nous fera part de son expérience et de ses rencontres avec cette jeunesse, entre espoir et frustration.